10 jours à 2850 m pour explorer le glacier d’Aletsch et travailler sur les enjeux de l’eau

SURVIE / SURVIVAL

Février 2017, par Laurence Piaget-Dubuis.
Projet en cours.

Mon retour d’expédition artistique «Matza Aletsch #1», (05.09 — 19.09.2016), dont 10 jours à 2850 m pour explorer le glacier d’Aletsch en Valais et travailler sur les enjeux de l’eau. Avec Severin Guelpa, Guillaume de Morsier, Valentin Kunik, Marie Velardi et Laurence Favre.

Comme une marée haute, le flux des hommes échoue par vagues cycliques sur ce phare de montagne qui surplombe l’immense mer gelée composée des 86 km2 du glacier d’Aletsch. Ils débarquent à la recherche d’un abri avant la nuit, puis dès 5h00 s’engloutissent dans le grand paysage par l’escalier escarpé et métallique vissé à même la falaise (à ce jour, 442 marches séparent la cabane Konkordia du géant qui recule) à la conquête de nouveaux itinéraires et de sommets.
Qui y a-t-il derrière les grandes étendues de glace inhospitalières, les déclinaisons de tons de blancs et les pics enneigés? A priori un silence visuel et auditif…
Avec pour fil rouge, un engagement artistique concernant les enjeux du réchauffement climatique qui ont un impact fort sur le recul drastique du glacier d’Aletsch. Je questionne l’étendue de glace, le territoire, les gens et les objets pour glaner des matériaux visuels qui racontent une histoire porteuse de sens.

Le terrain d’exploration comprend un périmètre entre la cabane Konkordia et la place Konkordiaplatz qui voit converger les trois glaciers formant celui d’Aletsch. La place est assez grande pour y bâtir une ville suisse moyenne et la glace peut atteindre une épaisseur de 900 mètres.

Pour compagnon de voyage, quatre carnets Moleskine. Un pour la mémoire consignée par écrit, un qui développe l’abstraction graphique du glacier et de nos interventions au moyen de pictogrammes, un pour des illustrations et le quatrième comme recueil de récits glanés auprès des montagnards. Ce dernier ouvre une réflexion sur ce qui demeure dans le souvenir collectif alors que les glaciers disparaissent. La phrase suivante y est posée en 4 langues: «racontez-moi un souvenir lié à un glacier suisse ou d’ailleurs».

Récit 1: – Au cours de la procédure de naturalisation de ma famille, nous avons dû certifier, photos à l’appui que nous avons déjà visité un glacier. Les autorités (suisses) ont investigué notre album familial où était stocké notre week-end au glacier. A.

Un travail photographique immortalise les changements perceptibles sur le glacier et le besoin de protections de celui-ci. Un cliché de couvertures de survie en suspension sur le glacier se veut symbole d’une prise de conscience environnementale à amorcer.

L’impression d’une carte topographique sur un support en tissu permet d’intervenir symboliquement sur la représentation de la surface des glaces dites éternelles. Les itinéraires et les actions réalisées sur le territoire par l’équipe MATZA sont brodés avec des fils de couleur au fur et à mesure sur la carte et donnent une «épaisseur» au recul amorcé du géant de glace. Les experts annoncent, d’ici 2100, qu’il ne restera plus qu’à peu près le quart des surfaces et volumes actuels des glaciers suisses. De ce paysage glaciaire et de notre aventure, que restera-t-il à transmettre à nos petits-enfants?

Une collection éphémère et un recensement photographique questionnent avant, pendant et après notre séjour sur l’usage, la durabilité, et notre rapport aux objets:
– que l’on emporte;
– présent dans la cabane à 2 850 m;
– disséminés sur le glacier.

Dans une recherche de décroissance heureuse, de quoi avons-nous réellement besoin?

Suite à ce séjour, j’ai choisi de diviser par quatre mes possessions matérielles et d’entamer une démarche pour diminuer ma consommation et mes déchets.

La publication du travail photographique et graphique en lien avec cette expédition est cours.

Une petite exposition aura lieu à la Grange d’Ousse 10 à Basse-Nendaz, Valais, Suisse (ma résidence), le week-end du vendredi 29 et samedi 30 septembre 2017.

RESSOURCE À CONSULTER
> CARTON D’INVITATION, EXPOSITION DU 29.09 ET 30.09.2017, GRANGE D’OUSSE
> Vous pouvez en savoir plus sur le projet “MATZA ALETSCH” ici