Entre art et science, dans une époque sujette aux changements et donc aux adaptations, le projet explore le monde végétal vivant des montagnes pour rendre perceptible l’espace entre deux réalités.

ÉCHO, ÉCHO, ÉCHO

Projet en cours durant trois années: 2020 – 2021 – 2022

1ère étape du projet: 08.06 – 15.10.2020 > Expo solo et Labo’art, «De l’alpin au jardin»,  Jardin botanique Flore-Alpe, Champex-Lac, Suisse.

Inspiré par le territoire d’un hectare, les 4000 espèces du Jardin botanique Flore Alpes de Champex-Lac et les recherches du centre alpien de phytogéographie (CAP), le projet explore les trois réponses de la flore alpine au changement climatique: l’adaptation, la migration et l’extinction. Il tente également d’établir des parallèles et des comparaisons possibles entre ces réponses et les comportements humains en cette période de bouleversement.

Il fait résonner l’écho émis entre, dans, autour et hors de nous par des figures et des installations aux médias multiples.

Éco-artiste, je conçois des projets artistiques liés au changement climatique à la visibilité internationale. Invitée en résidence au Jardin botanique début 2020, je me nourris des échanges avec le lieu et ses occupants comme laboratoire d’émulsion et de l’art visuel pour éveiller les consciences et s’engager dans une transition vers un avenir possible et durable.

Le projet est constitué de trois étapes concentriques qui étendront le territoire de la flore alpine, des sommets locaux valaisans aux étendues d’Islande et du Groenland dans un espace-temps de trois ans (2020 – 2021 – 2022).

CONFÉRENCE
DIM 16.08.2020> «De la science à l’art: 1 hectare pour atelier». Quel peut-être le rôle de l’Artiste dans la perception et la transmission des données scientifiques, quelles sont les collaborations possibles entre art et science? Jardin botanique alpin Flore-Alpe, Champex-Lac, Suisse.

Cette année avec le projet «De l’alpin au jardin», Laurence Piaget-Dubuis dévoile l’invisible, l’espace, ce qu’on ne voit pas, explore le jardin et s’interroge: comment amène-t-on cette flore alpine au Jardin? Comment plus de 4 000 espèces de végétaux, soit près de 50 000 individus, aux exigences particulières peuvent-ils cohabiter sur un territoire d’un hectare? Ces questions, ainsi qu’une volonté de créer des liens, des ponts, animent l’artiste depuis son arrivée à Flore-Alpe.

De l’alpin au jardin, visible tous les jours dans l’espace d’accueil, est le premier volet d’un projet de trois ans entre le Jardin botanique Flore-Alpe, le Centre alpien de phytogéographie et Laurence Piaget-Dubuis.

Avec la conférence, «De la science à l’art»: 1 hectare pour atelier, elle partagera ses questionnements et son regard sur la place et le rôle que peuvent prendre les artistes face aux défis engendrés par les changements globaux.


EN SAVOIR PLUS
AFFICHE DE L’EXPOSITION
FEUILLE DE SALLE
ARTICLE DU JOURNAL TERRE ET NATURE